Les chevaux

NABUCO

nabuco

Ahh Bubuc. C'est dur de parler de toi. De parler de notre histoire d'amour.Désolée mais je ne pouvais que l'aimer. Petit cheval frêle et tordu. Petit cheval avec un début de vie difficile où argent et profit t'ont envoyé au rebut. Au point de te laisser croupir dans un boxe en pleine croissance. Des déformations mécaniques on fait que les humains t'ont rejeté (n'ayez pas peur ami lecteur, ma vie est jalonnée de récupération ☻ ) Il a fallut que mon amant de l'époque souhaite acquérir un cheval pour se promener avec moi et Aurore

Aurore (une chouette double ponnette... elle viendra peut-être à votre rencontre.... J'ai donc contacté un copain vendeur de chevaux, pas très réglo mais il m'a transmis le virus de la randonnée et il m'a formé aux techniques y relatives. Un personnage haut en couleur et pas toujours dans le respect du cheval. Mais je l'ai apprécié car il en valait le détour. Mon matériel de randonnée vient de chez lui et je l'emploie toujours. De là-haut tu te reconnaîtras. Je t'ai toujours apprécié et au lieu de te critiquer comme beaucoup l'on fait, je suis venue chez toi de multiples fois pour soigner tes chevaux. Ainsi j'étais sûre que ces derniers étaient chouchoutés quelques fois. Par contre merci à toi car j'ai découvert les randonnées dans la Broye et Le Jorat. La roulante nous suivait et ravissait nos papilles. Il m'a aussi été donné de découvrir les rallyes équestres avec leur parcours jalonné d'obstacles. J'ai adoré. Puis avec toi j'ai découvert la Provence, la Haute-Provence, la Durance, Digne, Les Alpilles, St Rémy de Provence et Eygallières. Oh Eygallières et la famille R. Randonnées hors pair avec jusqu'à 400 chevaux. Je vous laisse imaginer l'organisation... Fabuleux et toi petit Chouïa.

Chouïa Chaque fois que je descendais, je te retrouvais. Et là je suis devenue la ...pucelle d'Orléans. Eh oui les mecs je ne couchais pas avec n'importe qui. 

En Provence, j'ai aussi découvert la monte western. En fait à l'époque c'était plutôt des cow-boyeries mais les choses évoluaient malgré tout. La plus belle rencontre c'est avec un cavalier qui montait sans bride, juste à la voix et une belle harmonie. Et tout ceci au milieu de centaines de chevaux. Pas de grande démonstration éthologique à but lucratif juste harmonie entre cavalier et cheval. Je remercie ce cavalier car il m'a guidé définitivement dans mes choix. Eh les amis je vous parle de 1978.... tous ceux qui me lisent n'étaient sûrement même pas dans les choux..... 

Je suis retournée en Provence plusieurs années de suite. J'y ai même fait l'épreuve de guide de randonnée. Comme tout ce que j'ai fait durant les années 1977 à 1990, ces formations ont perdu leurs validités. J'ai fait partie d'une génération qui mettait en place les formations actuelles. Mais grâce à ces années-là, j'ai acquis mes connaissances et l'évolution de ma relation avec les chevaux en fait partie intégrante. J'ai fait partie d'une génération qui a permis aux jeunes d'aujourd'hui d'avoir des formations diverses et dignes de ce nom afin que les chevaux soient de mieux en mieux respectés (je vous parle des formations faites en Suisse).

 

Suite au prochain épisode

 

 

Bonjour à vous Tous,

Je m'appelle Johnny, en fait Little Johnny

Eh oui c'est moi sur le podium. A l'époque de Montricher et des stages bien entendu. 

A l'heure actuelle, je vis ma retraite avec Corinne. Mes journées sont bien planifiées : pature, foin, eau, bronzage, ronflette, déjections diverses, etc. 

Une fois par semaine j'ai droit à une séance de fitness privative sur le carré. Ces séances durent entre 30 et 40 minutes selon mon état et mon humeur. 

Si cela vous intéresse, je vous dévoile le planning. Ci-dessous vous avez des photos de mes plus belles parties. Vous verrez qu'avec du bon boulot on reste au top très longtemps. 

Alors Corinne commence toujours avec du travail au sol permettant de chauffer notre musculature calmement. Elle nous demande 

  • des stops
  • des reculer
  • tourner autour des pneus gauche, droite
  • idem en marche arrière
  • épaules en dedans.
  • des fois des demi-tours soit avant ou arrière main
  • antérieurs dans le pneu
  • postérieurs dans le pneu

Après vient le sanglage définitif après que la selle se soit mise naturellement en place. Afin qu'il n'y ait pas de plis de peau, je me mets au pas espagnol avec étirements des antérieurs (des fois je fais même le campo :), le pas espagnol juste 2 ou 3 fois car je ne suis pas vraiment encore chaud.

Après la mise en selle et quelques minutes au pas tranquille avec descente d'encolure souple afin de remonter mon dos (chanfrein vertical plus ou moins selon mon échauffement) nous commençons les assouplissements. Tranquillement mais avec impulsion (..... beurk pas facile au pas...). Corinne vérifie toujours que je ne m'appuie pas sur le mors ce qui veut dire que je ne dois pas me vautrer sur l'avant-main ce que je faisais volontiers avec les élèves. Donc difficile de m'arrêter ou de faire ralentir mes allures. Je faisais comme je l'entendais. 

Maintenant avec Corinne plus possible. Chaque tentative est reprise et corrigée. Mais je dois reconnaître que physiquement je me sens mieux car ma musculature est bien entretenue. 

Après ces exercices, nous partons au trot et attaquons progressivement les diagonales en céder et épaules en dedans. Exercice que j'adore. Corinne ne demande jamais trop, juste ce qu'il faut. Si je m'écrase, on recommence et toujours calme et impulsion. Plus facile au trot qu'au pas. Une attention aussi particulière à ma respiration qui doit rester régulière. L'apport d'oxygène c'est comme chez vous les humains, impossible de travailler des muscles en apnée.... Si c'est le cas, on repasse au pas quelques minutes et on recommence. Et là je peux aussi m'ébrouer avec plaisir. 

Après ces temps de récupération et une oxygénation régulière, mes muscles ne tardent pas à s'assouplir. Il est clair sans cavalier je n'ai pas autrement des problèmes. Mais si un cavalier est sur mon dos, je dois renforcer ma musculature et surtout celle de la colonne et de l'arrière-train afin de ne pas m'enseller à savoir effondrement de la structure porteuse. En effet je ne suis pas fait pour être monté, juste pour brouter alors il faut développer ce qui est nécessaire à mon équilibre et mon bien-être.

Avant le travail de galop, nous revenons au pas et début des hanches en dedans. Difficile car j'ai toujours été un peu raide avec ce style de ....grand écart... mais là aussi jamais trop et trop longtemps. A la fin de la ligne 1 pivot et rebelotte. J'ai droit à 3 lignes gauche et 3 lignes droite. Si je suis en forme à chaque changement de direction on augmente les pivots. Ces pivots sont faits tranquilles juste là pour m'obliger à déplacer mes antérieurs respectivement mes épaules. Eh oui si je traîne je m'effondre sur l'avant-main et c'est mes postérieurs qui bougent.... Exercice non accompli :( Je dois rester fluide et léger. De plus je ne suis pas un reiner mais un all arounder alors faut pas exagérer.... 

Viens ensuite le galop avec au départ 2 à 3 pas de hanche en dedans afin de me donner un départ correcte. Dès que je suis plus souple, départ droit avec une bonne amplitude. Des fois elle me piège et me demande un contre-galop.... Là aussi contrôle de ma respiration. Avec ce système on arriverait presque à galoper toute la journée... mais tout à une fin et nous revenons au pas. Nous finissons la séance avec un reculer entre les pneus et ouverture-fermeture du portail.

Et voilà retour aux soins et petit remontant avec sels minéraux, vitamines, etc. Un vrai régal.

Je me réjouis déjà de la prochaine séance en espérant que nous irons par monts et vaux car j'adore les sorties avec Corinne. C'est tellement beau par ici.

Ahh just une petite précision : je suis né en 1994. J'ai donc 27 ans..... Admirez mon physique après 20 années de travail. J'en ai mis des élèves en selle croyez-moi. Mais comme quoi quand on nous respecte, on vieillit très bien... Et j'espère profiter de ma retraite encore LONGTEMPS....

 

 

SOUVENIRS... RAPPELEZ-VOUS

 Démonstration avec une de mes élèves chéries...

 Démonstration avec Corinne à la foire des Planches - Montreux en 2003 ....

Je suis arrivé dans la vie de Corinne en 1999. Après être revenue d'épreuves assez difficiles dans le Haut-Valais suivies de quelques expériences dans les environs de Lausanne puis Fribourg, elle a atterit à Vouvry. Très belle installation où elle a pu sérieusement commencer à monter son école d'équitation. Je suis donc arrivé pour seconder Goldy qui ne pouvait assumer tous les élèves. L'histoire de Corinne et Goldy vous sera relatée ultérieurement et je vous garantis vous ne serez pas déçu. Pour mon compte, ma vie de maître d'école commença. Difficile car ma formation débutait juste et les élèves n'avaient pas vraiment beaucoup de patience. Alors je les expédiais par-dessus bord surtout dans les départs au galop. Nos plus beaux souvenirs sont les moments passés avec nos amis des Jalons. (en construction.....)